La faim: une invitée indésirable pour les mamans
Wendy

Wendy

  • No SVG support
    Pays: Equateur
  • No SVG support
    Age: 2
  • No SVG support
    Sexe : Fille
Parrainez Wendy aujourd'hui

La faim: une invitée indésirable pour les mères

Les femmes produisent plus de la moitié de la nourriture dans les pays du Sud. Pourtant, elles sont les premières victimes de la faim. Celle-ci détruit la vie des femmes et des filles.

Lorsque la nourriture se fait rare, les mères sont les dernières à manger et celles qui mangent le moins. La faim s’immisce dans les foyers des familles vivant dans la pauvreté. Impitoyable, elle vole la santé, les forces, les ressources, le temps et l’équilibre des femmes et des filles. Ses traces restent longtemps visibles, même lorsqu’elle n’est plus là.

Le monde connaît actuellement une crise alimentaire mondiale massive. Depuis 2019, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë a doublé, passant de 135 à 276 millions. Même si de petits signes d’espoir sont apparus ces dernières semaines dans l’évolution des prix sur le marché des céréales, ce chiffre vertigineux cache une réalité cruelle: la faim affecte différemment les femmes et les hommes.

Pourquoi les femmes sont-elles plus touchées par la faim que les hommes?

Sur les 276 millions de personnes qui souffrent d’insécurité alimentaire, près des deux tiers sont des femmes et des filles. Les Eglises partenaires de Compassion dans les pays touchés par la crise alimentaire sont en première ligne des défis rencontrés par les filles et les femmes. Lorsque les coûts augmentent et que les récoltes manquent, les biens familiaux sont vendus pour acheter de la nourriture. En désespoir de cause, des familles sont séparées car les parents partent à la recherche d’un travail, d’eau et de nourriture. Les enfants sont souvent laissés à la maison avec une sœur plus âgée. Cela empêche ces dernières d’aller à l’école.

Samiya, une mère de trois enfants à Harar, en Ethiopie, ne pouvait pas supporter de voir ses enfants affamés chaque jour. Désespérée, elle a décidé de se jeter sous une voiture. Sa tentative de suicide a échoué. Samiya s’est alors rendue au centre de développement de l’enfant où sa fille Feven participe au programme de parrainage. Elle s’est effondrée devant le personnel, qui a pleuré avec elle et a immédiatement organisé de la livraison de réserves de nourriture. Grâce au soutien, le désespoir de Samiya s’est transformé en espoir.

la faim en Ethiopie - crise alimentaire - fête des mères

Samiya et deux de ses enfants préparent le repas. 

Dans la lutte contre la faim, la vie des femmes est submergée par d’autres soucis. Les mères qui ont leurs règles, qui sont enceintes ou qui allaitent se privent de leur propre nourriture afin de réduire la souffrance de leurs enfants. C’est une stratégie de survie qui augmente le risque d’anémie et de malnutrition pour elles-mêmes et pour leur bébé.

Face aux enjeux de survie de la crise alimentaire, les parents marient leurs filles, parfois âgées de moins de 15 ans, à des hommes plus âgés. L’argent de la dot aide à nourrir la famille. Une décision cruelle, qui permet aux parents d’avoir une bouche de moins à nourrir.

«Donne-leur de l’eau à boire. Tes enfants arrêteront de pleurer et se calmeront. Mais en faisant cela, en tant que parents, tu t’aigris.»

Au Togo, Marie retrouve de l’espoir

Lorsque Christophe, le mari de Marie, a été retrouvé mort au travail au Togo, la jeune mère de famille était dévastée. Elle était alors enceinte de quatre mois et n’avait aucun moyen de nourrir sa famille. C’est alors que l’Eglise locale partenaire de Compassion est intervenue. Par le programme de survie de Compassion, Marie a non seulement reçu de la nourriture pour nourrir ses enfants, elle a dit qu’elle avait aussi «trouvé une famille». De plus, elle a été formée aux méthodes de culture agricole et cultive aujourd’hui des haricots et du maïs qui lui permettent de nourrir sa famille durablement.

la faim au Togo - crise alimentaire - fête des mères

Marie chez elle, assise sous un arbre dans la cour de sa maison, avec ses enfants David (debout), Jeanette (sur ses genoux) et Cécile.

Nous pouvons contribuer à changer la tragique réalité de ces mères, de ces femmes et de ces filles. Ensemble, nous pouvons apporter un signe d’espoir dans leur vie. 

Que ce soit par le programme de survie pour les mamans et les bébés ou par des livraisons de réserves de nourriture, Compassion s’engage à soutenir les mamans dans leur mission essentielle pour leur famille. En réponse à la crise alimentaire qui se prolonge, avec CHF 40,-, des réserves de nourriture d’un mois entier peuvent être distribuées à une famille de quatre à six personnes. 

Souvent, les collaborateurs locaux des centres partenaires de Compassion nous rappellent qu’en «aidant un enfant, une famille, on fait tomber des épaules de la maman un poids de culpabilité et on lui permet de retrouver un peu (plus) de dignité». Un espoir pour elles et pour la famille dont elles se sentent admirablement responsables. Ensemble, nous pouvons changer la réalité de ces mères et de leur famille.

Soutenir notre programme maintenant

Je désire donner
Mes données personnelles
Oui j’ai pris connaissance de votre politique en matière de protection des données


Vos dons à Compassion sont déductibles des impôts en Suisse.

UN DON DE CHF 40.- PERMET À UNE MAMAN ET SA FAMILLE DE RECEVOIR DES RÉSERVES ALIMENTAIRES POUR UN MOIS

UN DON DE CHF 430.- PERMET À UNE MAMAN ET SA FAMILLE DE BÉNÉFICIER DE
la faim - compassion famine céréales
4 mois de réserves pour des céréales
4 mois de repas enrichis pour les enfants en bas âge
Semences, engrais et outils pour l'agriculture de subsistance
Formation aux notions d'agriculture et de commerce

Sources (en anglais) :

Food and Agriculture Organisation of the United States (2022). The State of Food Security and Nutrition in the World 2022. https://www.fao.org/documents/card/en/c/cc0639en   

OXFAM (July 2019). Gender Inequalities and Food Insecurity: Ten years after the food price crisis, why are women farmers still food-insecure? https://policy-practice.oxfam.org/resources/gender-inequalities-and-food-insecurity-ten-years-after-the-food-price-crisis-w-620841/  

Plan International (17 October 2022). A global food crisis with a child’s face: Again. https://plan-international.org/blog/2022/10/17/global-food-crisis-with-childs-face/  

Plan International (8 March 2022). These Are the Top 6 Reasons Women Are Hungrier Than Men Today. https://www.wfpusa.org/articles/women-in-crisis-top-ways-women-are-hungrier/  

United Nations (October 2022). Kenya: UN steps up protection for drought-hit women and girls. https://news.un.org/en/story/2022/10/1129747  

UNHCR (November 2022). UNHCR warns rising tide of hunger, insecurity, and underfunding worsening gender-based violence risks. https://www.unhcr.org/en-au/news/press/2022/11/638066eb4/unhcr-warns-rising-tide-hunger-insecurity-underfunding-worsening-gender.html  

World Food Programme (2021). Who eats the last and the least? https://docs.wfp.org/api/documents/WFP-0000141266/download/