220 Sofia

Sofia

  • No SVG support
    Pays: Nicaragua
  • No SVG support
    Age: 11
  • No SVG support
    Sexe : Fille
Parrainez Sofia aujourd'hui

Compassion en Ethiopie

Compassion a débuté le travail en Ethiopie en 1993.
Aujourd’hui, plus de 95'000 enfants sont enregistrés dans les 460 centres d’accueil de Compassion.
Compassion collabore avec les églises locales pour aider les enfants à sortir de la pauvreté.

 

  • Histoire

    L’Éthiopie est le plus ancien pays indépendant d’Afrique et l’un des pays les plus anciens du monde. L’historien grec du 5ème siècle av. J.-C. Hérodote, décrit l’Éthiopie antique dans ses écrits. Dans la Bible, l’ancien Testament témoigne de la visite de la reine de Saba à Jérusalem. D’après la légende, le fils du roi Salomon et de la reine de Saba, Ménélik I, a établi le royaume d’Éthiopie. Au 4ème siècle, des missionnaires d’Égypte et de Syrie ont introduit la foi chrétienne. A la suite de la montée de l’Islam, au 7ème siècle, l’Ethiopie fut de plus en plus coupée du christianisme européen.

    L’Éthiopie, connu jusqu’au 20ème siècle sous le nom d’Abyssinie, est gouvernée dans les premiers siècles par le puissant royaume d’Aksoum. Au 15ème siècle, un empire chrétien-copte avec un monarque absolutiste s’est imposé. Après le 15ème siècle, l’Éthiopie s’est divisée en plusieurs petits royaumes, lesquels furent réunis dans les années 80, vers la fin du 19ème siècle, par Ménélik II. L’empereur Hailé Sélassié accéda au trône éthiopien en 1931. En 1974, il est démis de ses fonctions et un état socialiste est établi sous le pouvoir de Mengistu Haile Mariam. Une année plus tard, la monarchie est officiellement abolie et l’Éthiopie déclarée république. Suivront une réforme agraire à l'échelle nationale et des années de terreur politique. En 1991, Mengistu est renversé par le « Ethiopian People's Revolutionary Democratic Front (EPRDF) » qui reprit le gouvernement.

    Fin 1994, la constitution de la nouvelle République fédérale démocratique d’Éthiopie est votée. En 1995, eurent lieu les votations pour le premier parlement national élu par la population. La plupart des partis opposés se décidèrent de boycotter les élections, ce qui amena à une victoire écrasante de l’EPRDF. Cependant, des observateurs internationaux et indépendants affirmèrent que la participation à la votation des partis opposés aurait été parfaitement envisageable. Le nouveau gouvernement d’Éthiopie est constitué avec Meles Zenawi comme premier ministre. Zenawi occupa cette fonction jusqu’à sa mort en août 2012. Depuis lors, Hailemariam Dessalegn dirige la vie politique du pays. Il aimerait poursuivre la politique de Zenawi, au sens d’une modernisation orientée par l’Etat.

  • Education

    L’année scolaire se déroule de septembre à juin. L’enseignement public est gratuit de l’école primaire à l’école supérieure.

    Depuis le 4ème siècle, lorsque le christianisme arriva dans le pays, l’église éthiopienne-orthodoxe traditionnelle fut le centre de l’enseignement. Jusqu’à ce que Ménélik II, instaure depuis environ un siècle, une politique moderne du système d’éducation. La capacité de lire et écrire était effectivement limitée aux membres de l’église.

    Pendant longtemps, le système d’éducation subvenait aux besoins de la fonction publique et de la bureaucratie et ne tenait pas du tout compte ou insuffisamment du développement des compétences professionnelles. Cette vision a conduit à une perception faussée de l'éducation et renforça l’attitude négative de la société vis-à-vis des artisans et du personnel qualifié. La société dénigre les personnes formées. L’opinion générale est convaincue qu’une personne ayant accompli des études doit travailler dans un bureau. L’éducation est considérée comme un moyen pour vaincre la pauvreté et pour éviter le travail manuel simple. Les différentes communautés ont mis le gouvernement sous pression de créer davantage d’écoles.

    Selon le gouvernement, la formation atteint désormais plus de 60 pourcents. Malheureusement, le système d’éducation éthiopien est affecté par différents facteurs. Il y a un grand pourcentage d’enfants qui ne vont pas à l’école, des taux élevés de décrochage scolaire ainsi qu’une faible fréquentation scolaire chez les filles. De plus, l’Éthiopie dénombre une proportion élevée de chômeurs sans qualification : des personnes qui, en raison de lacunes du programme scolaire, n’ont pas pu développer les capacités qui comptent dans l’économie.

  • Religion

    En Éthiopie, la religion représente un élément important et largement accepté dans la vie quotidienne. Même la langue contient de nombreuses références à Dieu.

    Dans la région du plateau central, l’église éthiopienne-orthodoxe domine. Les prêtres et les diacres se présentent dans leurs robes colorées et portent leurs crosses épiscopales et leurs croix, lesquelles sont embrassées par les gens. Le christianisme est arrivé en Ethiopie vers la fin de l'Antiquité et est devenu la religion officielle, au 14ème siècle. L’église orthodoxe a de nombreux liens avec le judaïsme.

    L’islam est également bien représenté dans de nombreuses régions d’Éthiopie et a toujours coexisté pacifiquement aux côtés du christianisme. La ville Harar dans l’Est du pays est officiellement le 4ème lieu le plus sacré des musulmans du monde entier. Dans les plaines, on trouve des religions animistes et païennes parmi les tribus qui vivent en simples communautés.

    La Constitution garantit une liberté religieuse et le gouvernement respecte en général ce droit, bien que les autorités l’enfreignent aussi occasionnellement. Le gouvernement reconnait officiellement les jours fériés chrétiens et musulmans. Il prescrit deux heures de pauses de midi les vendredis, pour permettre aux musulmans de se rendre à la mosquée pour la prière.

  • Art et musique

    L’art traditionnel éthiopien, comme la peinture, est une expression de la religion, surtout inspiré par le christianisme grec orthodoxe. Les peintures suivent un style médiéval ; les personnes sont représentées avec des yeux allongés en forme d’amande.

    L’Éthiopie a une longue tradition musicale. On joue de la musique populaire mais la plupart des musiciens chantent aussi des chants traditionnels. Souvent les auditeurs choisissent les deux, les styles de musiques populaires et traditionnelles. La musique éthiopienne utilise un système modal unique, qui est pentatonique avec des intervalles particulièrement longs entre certaines notes. Cela produit une atmosphère quelque peu « inachevée » et anticipée en musique. Parmi les instruments de musiques populaires figurent le masenqo (violon), la washint (flûte), le kebero (tambour) et le krar (lyre).

  • Jours fériés et fêtes

    Nouvel An éthiopien, 11 septembre
    Fête du Travail, 1er mai
    Jour de la Victoire, 28 mai: fête de la victoire du gouvernement actuel et en mémoire de la chute de la dictature du Derg.
    Les fêtes chrétiennes comprennent Maskal, la «Fête de la découverte de la Vraie Croix" ; Noël ; Timkat ou Épiphanie et le Vendredi saint d'après le calendrier copte. En Éthiopie, Noël est avant tout une fête religieuse. 
    Les fêtes musulmanes: la plus grande fête musulmane de l’année est Id al Fitr, la fin du mois de jeûne Ramadan.
    Id al Adha est la fête musulmane du sacrifice.

  • Sport et temps libre

    Les Éthiopiens ont du plaisir à jouer au football, au volleyball et au basketball. Régulièrement, des coureurs éthiopiens font sensation comme par exemple, le champion olympique Haile Gebrselassie.

  • Plat national

    En Éthiopie, l’aliment de base est l’injera, un pain spongieux, fait à partir d’un fruit particulier le teff qui est cultivé uniquement en Éthiopie. L’injera est cuit dans un pot d'argile et est mangé avec une sauce de viande, de graines, d’haricots ou de légumes. Dans la recette ci-dessous, le Misir Wat est servi avec l’injera, que l’on trouve sur les marchés ou dans les restaurants éthiopiens. Pour préparer l’injera soi-même, le mieux est de chercher une recette sur Internet. Le teff peut être acheté dans le rayon céréales des magasins de produits diététiques.

    Misir Wat (pour 6 personnes)
    2 tasses de lentilles
    6 tasses d‘eau
    2 tasses d’oignons rouges, coupés
    2 cs d’huile
    1 cs de gingembre
    1 cc d’ail
    1/4 cc de poivre
    4 piments verts
    du sel selon les goûts

    Laver les lentilles et les cuire 5 minutes dans l’eau bouillante. Faire frire les oignons dans l'huile, remuer soigneusement, de manière à ce que les oignons ne deviennent pas bruns. Retirer les lentilles, éteindre et vider l’eau. Mettre les lentilles avec les oignons. Rajouter de l’eau, bien remuer pour que le mélange ne prenne pas au fond de la casserole. Ajouter le gingembre, l’ail, le poivre, les piments et le sel puis laisser mijoter 20 minutes.

  • Comment dit-on...

    Salutations en amharique
    Tena Yistillin (Bienvenu)

    Le mot „Tena" signifie „Santé“. Traduit littéralement cela signifie: „Que tu puisse avoir la santé. “Indirectement cela signifie: „Que Dieu t’accorde la santé. “ En réponse on dit: „Egziabeher Yimesgen. Dehena Negne. “ Cela signifie : „béni soit Dieu, je vais bien. “

A propos de l'Ethiopie

Population97 millions
CapitaleAddis Abeba
LangueL'amharique, le tygrinya, l'oromigna, le somali
et l'arabe. Plus de 70 autres dialectes régionaux.
L'anglais est la première langue étrangère enseignée dans les écoles.
ReligionChrétiens: orthodoxes éthiopiens 43%, évangéliques 19%,
catholiques 1%, musulmans: 34%
Animistes et autres: 3%

Sources 2015: The World Factbook, Office des Affaires étrangères