153 Antonia

Antonia

  • No SVG support
    Pays: Nicaragua
  • No SVG support
    Age: 1
  • No SVG support
    Sexe : Fille
Parrainez Antonia aujourd'hui

Mobilisons-nous contre la mortalité infantile due au paludisme

25 avril 2017

Aujourd'hui est la journée mondiale contre le paludisme!
Selon l'UNICEF, le paludisme tue un enfant toutes les 2 minutes ; soit environ 1000 enfants chaque jour. Plus d'un demi-million de personnes contractent la malaria chaque année, principalement des enfants de moins de 5 ans. 90% des cas de paludisme sont en Afrique subsaharienne.

À Amlamé, ville située à 160 kilomètres de Lomé (capitale du Togo), environ 60 enfants sont atteints du paludisme chaque année. Il est la principale cause de décès infantile à l'hôpital.

Le responsable du paludisme est un moustique appelé « anophèle » qui dépose un parasite dans le corps humain. Lorsqu’une personne est atteinte, une forte fièvre s’installe. Elle conduit à une anémie grave, des maux de tête et des troubles de l'appareil digestif suivis de vomissements. Certains enfants ont même des convulsions et tombent dans le coma durant des heures. S’ils ne sont pas rapidement emmenés à l'hôpital, ils décèdent dans les heures qui suivent.

 Avant que les centres d’accueil de Compassion n’aient été ouverts, les parents essayaient des herbes ou des potions locales au lieu de se précipiter à l'hôpital avec leurs enfants malades.

« J'ai fait une étude sur le paludisme en Amlamé et me suis rendu compte, que les gens sont tout simplement ignorants. Ils pensaient qu'ils pouvaient combattre le tueur numéro un de leurs enfants avec un traitement local. L’ignorance est l’une des raisons pour laquelle de nombreux enfants meurent chaque année », explique Julien Tchakpana, ancien agent de santé.
De nombreux enfants sont morts à la maison et leurs cas n’ont jamais été signalés au personnel médical.

Outre le manque d'éducation, les gens sont extrêmement pauvres. Cette communauté est entourée de montagnes, de sorte que la population ne peut que travailler dans des petites exploitations agricoles pour survivre. Seuls quelques-uns d'entre eux ont de grandes fermes où l'on cultive la banane, l'ananas, le manioc, l'igname, le maïs, les avocats, le café, le cacao et d'autres cultures.

À cause du réchauffement climatique, il ne pleut plus assez et les récoltes sont très maigres. Manger est une lutte et une priorité. C’est pourquoi, si les parents réussissent à donner 2 repas par jour à leur famille, ils n’ont plus de quoi  payer une consultation médicale.

« Juste à cause de 1 dollar manquant, une personne peut mourir ici… », explique Mawufemo Teyi, le comptable du centre d’accueil.

Compte tenu de la situation, Compassion a décidé d'ouvrir des centres d’accueil à Amlamé pour soulager les parents dans leur lutte pour sauver la vie des enfants. En 2015, deux centres d’accueil ont été ouverts. 400 enfants ont été inscrits. Quelques mois plus tard, les centres d’accueil ont entrepris un examen médical pour vérifier l'état de tous les enfants et pour former les parents. Les résultats ont révélé que la majorité d'entre eux avaient besoin des soins médicaux d’urgence.

La plupart des parents ont reçu des moustiquaires par le gouvernement. Aujourd’hui, dans la plus part des maisons d’Amlamé, les parents et les enfants dorment sous une moustiquaire.

Par exemple, Eric Amouklou et Grace Soussouwa, deux enfants inscrits au centre d’accueil de Compassion souffraient de crises chroniques de paludisme. Avant de se rendre au centre d’accueil, leurs parents avaient dépensé beaucoup d'argent et presque perdu espoir. Après l'examen médical et le bilan de santé, il était évident que les deux enfants devaient être suivis attentivement. Même s’ils dorment sous des moustiquaires, ils sont toujours surveillés. Leurs parents n’hésitent pas à les amener au centre de santé chaque fois qu'ils se sentent malades. « Si Compassion n'était pas venu à mon secours, mes enfants auraient été enterrés il y a longtemps », a déclaré Yawa Abuga, la grand-mère de Grace.

Toute la ville d’Amlamé a été positivement affectée par les deux centres d’accueil ouverts. Certains parents qui ne voulaient pas que leurs enfants soient inscrits lors de l’ouverture des centres, voient aujourd’hui les bienfaits qu’ils ont apportés à toute la communauté. Grâce à ces deux centres, il n’y a pas eu de décès d'enfants dû au paludisme enregistré en 2016 à Amlamé.

Il est évident que ses programmes de développement holistique agissent favorablement sur la vie des enfants. Pourquoi ne pas participer à ce voyage fantastique aux côtés de Compassion?

Donnez pour des moustiquaires ou parrainez un enfant aujourd'hui!