handicap: les murs de la solitude se sont effondrés en un instant
Confiance

Confiance

  • No SVG support
    Pays: Ruanda
  • No SVG support
    Age: 19
  • No SVG support
    Sexe : Fille
Parrainez Confiance aujourd'hui

Pour Denise, les murs de la solitude se sont effondrés en un instant

Une jeune femme du Togo bénéficiaire du programme de survie de Compassion

Denise est une jeune maman qui vit dans une ville de près de 60’000 habitants, Tsevie au nord de la capitale du Togo. Mariée et désormais maman, Denise a lancé un petit commerce pour compléter le revenu de son mari, cordonnier local. Elle vend des articles de beauté pour femmes. Si sa vie s’est aujourd’hui stabilisée, il n’en a pas toujours été ainsi.

Denise est née qu’avec deux doigts par main, le pouce et l’auriculaire. Son père l’a rejetée à la naissance. Elle ne l’a jamais connu. Son père n’était pas le seul à l’ignorer. Voisins et camarades de classe l’ont toujours exclue en raison de son handicap.

La stigmatisation, le rejet et les moqueries ont été son lot quotidien. Denise était noyée dans une profonde solitude, qui la poussait à se considérer comme moins qu’un être humain. Elle a commencé à penser qu’elle ne méritait pas de passer du temps avec des «gens normaux». De plus, elle se sentait impuissante, car elle ne pouvait rien changer à sa condition.

Pour se protéger, elle s’est donc repliée sur elle-même, fuyant tout contact. Et du coup, elle n’a pas développé la faculté de mener une conversation avec d’autres personnes, si ce n’est avec sa maman. 

Lorsque sa maman n’a plus eu les moyens de financer l’école, Denise a ressenti un soulagement. Enfin, elle allait pouvoir échapper au rejet quotidien de ses pairs.

Trouver sa place

Pour survivre, Denise s’est lancée dans une vie de vendeuse sur la place du marché. Là, elle a rencontré puis épousé Claude, le seul homme qui lui ait jamais accordé de l’attention. Mais sa rancœur est restée. Son cœur n’arrivait pas à guérir du rejet qu’elle avait subi depuis sa naissance.

Comme beaucoup d’autres membres de sa communauté, elle et son mari avaient du mal à joindre les deux bouts. Leur inquiétude s’est accentuée lorsqu’ils ont appris que Denise était enceinte de son deuxième enfant.

En désespoir de cause, elle s’est adressée au centre Compassion de l’Eglise locale. Elle en avait entendu parler à plusieurs reprises comme d’un endroit qui apportait un soutien aux femmes dans le besoin.

A sa grande surprise, Denise a été accueillie et admise dans le programme de survie pour les  mamans et les bébés. Mais elle était loin d’imaginer que tout allait changer pour elle. Les barrières qui l’isolaient socialement sont tombées instantanément. «Pour la première fois, j’ai reçu de l’attention. Et j’ai eu accès à un soutien que je n’imaginais même pas.»

Une jeune femme du Togo avec un handicap aux mains, soutenue par Compassion
AVEC CHF 62.-, VOUS SOUTENEZ UNE FEMME ENCEINTE OU UNE MÈRE ET SON BÉBÉ DURANT UN MOIS ENTIER

UN PROGRAMME ENCOURAGEANT

Le programme de parrainage pour les femmes enceintes ainsi que pour les mamans et leurs bébés lui a permis de nouer des amitiés, d’être encouragée par l’amour, les soins et les formations du centre. Dès lors, Denise n’a plus accordé la moindre importance aux commentaires des gens sur son handicap. «Maintenant, je sais que je suis digne et que je suis un être humain à part entière, comme n’importe qui d’autre. Mon handicap n’est pas une limite à ce que je peux faire ou être. Le personnel m’a appris à ne pas m’inquiéter de ma condition physique. Je ne crains plus aucun jugement» Quel soulagement!

trois jeunes femmes riant et discutant au Togo dans un centre Compassion

«Maintenant, je sais que je suis digne et que je suis un être humain à part entière, comme n'importe qui d'autre. Mon handicap n'est pas une limite à ce que je peux faire ou être.»

Autrefois si timide et si craintive qu’elle ne pouvait parler à personne d’autre qu’à sa mère, Denise a pris confiance en elle-même et a appris à s’opposer à tout comportement discriminatoire sans en être affectée. Mieux, Denise, qui n’avait jamais eu une seule amie, a en a maintenant plein au centre de survie de Compassion. Elle, qui était en permanence repliée sur elle-même, parle et interagit désormais avec de nombreuses personnes. Son estime de soi a été reconstruite.

Soutenue, elle l’a aussi été grâce à la formation à une activité génératrice de revenu. Elle est heureuse d’avoir pu développer son petit commerce de produits de beauté et de participer au revenu de sa petite famille. Sa vie s’est stabilisée et ses enfants grandissent.

AVEC UN DON, VOUS POUVEZ AIDER D'AUTRES FEMMES comme Denise à offrir un bon début dans la vie à leur nouveau-né