275 Sam

Sam

  • No SVG support
    Pays: Mexique
  • No SVG support
    Age: 6
  • No SVG support
    Sexe : Fille
Parrainez Sam aujourd'hui

Fuir le Venezuela : L’histoire de la peur et de l’espoir d’un garçon

6 novembre 2019

Jesús Daniel est l’un des près de quatre millions de réfugiés vénézuéliens arrivés en Colombie au cours de ces trois dernières années. Tous ont fui la grave crise politico-économique qui sévit dans leur pays. Jesús Daniel partage l'espoir que sa famille et d'autres immigrants vénézuéliens reçoivent par l'intermédiaire d'une Eglise locale, avec le soutien de Compassion.

«Nous menions une vie paisible à Valence, au Venezuela. J'allais à l'école avec mon frère aîné, José. Et comme j'ai toujours aimé les animaux, je prenais également soin des chevaux, des cochons et des poules de ma famille. Ma mère travaillait dans une crèche publique.»

Mais la crise économique et sociale de notre pays a déployé ses effets. Le salaire de sa mère n'était plus suffisant pour subvenir aux besoins fondamentaux de la famille. «Autour de nous, de nombreuses personnes dans la même situation ont décidé de partir, à la recherche de meilleures situations dans d'autres pays. Mais ma mère ne voulait pas quitter le Venezuela. Nous avons déménagé de Valence à Ureña, une ville proche de la frontière avec la Colombie.»

«J'étais triste quand nous avons vendu nos animaux pour pouvoir déménager.» A ce moment-là, son frère aîné, José, jouait au baseball dans un autre pays. Malgré son talent, sa carrière sportive n'a pas duré longtemps. Il n'a pas pu trouver de sponsor et la mère de famille n'avait pas d'argent pour soutenir ses activités. Le père de famille ne les a jamais aidés. «Mon frère a donc abandonné son rêve de devenir un joueur professionnel. Il est rentré à la maison. Il a commencé à travailler aux côtés de ma mère, à cuire et à vendre du pain et d’autres aliments qu’il vendait dans la rue.»

La famille a ainsi vécu à Ureña pendant deux ans, jusqu'à ce que la violence civile s'intensifie. «Un groupe de guérilla local a commencé à recruter des jeunes, et ma mère craignait que nous ne soyons recrutés nous aussi.»

Je me souviens encore de la nuit où nous avons quitté notre cher pays

«J'étais à la maison quand j'ai soudain entendu beaucoup de bruit dans la rue. Des personnes armées sont entrées dans la maison d'un voisin, à la recherche d'un jeune homme bien précis. Après avoir réalisé qu'il n'était pas là, le gang s'est mis en colère et a jeté la mère de la famille du deuxième étage. Elle est tombée dans la rue et n'a pas survécu.

Mon frère José a paniqué, il pleurait. Tout était chaos. Ma mère, José, mon petit frère, Sebastián, mon beau-père et moi sommes partis cette nuit-là, marchant dans le noir en direction de la Colombie. Nous avons dû traverser la forêt et une rivière parce que la douane était fermée. Je n'ai rien emporté avec moi, et je suis arrivé à Cúcuta, en Colombie, avec les seuls habits que je portais.

Jesús Daniel poursuit en racontant qu’à Cúcuta, sa famille a heureusement trouvé des gens qui les ont aidés. Une personne leur a permis de vivre dans une petite maison en bois qu'il avait abandonnée. Des voisins leur ont prêté deux matelas et des affaires de cuisine.

 

Nous n'avions pas beaucoup de choses, mais au moins nous étions en sécurité

Jesús Daniel a commencé à fréquenter l'Eglise du quartier de Talento en janvier 2019, quelques jours après son arrivée à Cúcuta. «Le pasteur Jaime est très gentil; il nous a aidés de bien des façons. Il y a un centre d’accueil de Compassion à l'Eglise. Ma famille a été choisie parmi les 700 familles vénézuéliennes qui ont reçu une aide d'urgence pendant trois mois. C'était une surprise pour nous. Nous étions tellement reconnaissants que cette organisation veuille nous aider à travers l'Eglise.»

Jesús Daniel et ses frères ont commencé à suivre des cours au centre. «J'ai appris des choses importantes comme éviter la drogue et sur l'amour de Dieu. Au Venezuela, j'avais l'habitude de jouer au football. Le centre m'a permis de reprendre le football avec un entraîneur. J’ai même été sélectionné pour participer à un tournoi. J'aime beaucoup le football!»

 

 

Dans le cadre de l'aide de Compassion, Jesús Daniel et ses frères reçoivent un délicieux repas trois fois par semaine au centre. «La plupart du temps, nous n'avons pas assez de nourriture à la maison, donc cela a été un soutien incroyable pour nous.» Sa maman a pu suivre une formation de manucure, ce qui lui doit lui permettre de générer des revenus pour la famille. «En plus de la nourriture et de l'entraînement de football, nous avons reçu de l'aide médicale, et beaucoup d'enfants vénézuéliens comme moi reçoivent de l'amour au centre d’accueil

A l’heure où de nombreux réfugiés vénézuéliens sont réduits à mendier dans les diverses villes de Colombie, la famille de Jesús Daniel voit l’avenir avec espérance.

 

«Ma mère nous dit que nous aurons une vie meilleure ici en Colombie. Grâce à l'Eglise et à la Compassion, nous avons de l'espérance, et nous savons qu'avec l'aide de Dieu, nous avancerons.»

 

textes et photos : Lina Alarcon

Jesús et tant d'autres Vénézuéliens ont trouvé de l'espoir au milieu de la peur et de l'incertitude, mais d'autres besoins restent bien réels