188 Ruth

Ruth

  • No SVG support
    Pays: Ghana
  • No SVG support
    Age: 12
  • No SVG support
    Sexe : Fille
Parrainez Ruth aujourd'hui

Compassion au Rwanda

 Compassion a débuté le travail au Rwanda en 1980.
Aujourd'hui, plus de 73'000 enfants sont enregistrés dans les 330 centres d'accueil de Compassion.
Compassion collabore avec les églises locales pour aider les enfants à sortir de la pauvreté.

  • Histoire

    Le 10 avril 1994, marque le début du massacre de 100 jours lors lequel, près d’un million de personnes appartenant à l’ethnie minoritaire tutsie, furent abattues par les Hutus qui représentent la population majoritaire. Le viol systématique était utilisé comme arme de guerre. Les Hutus modérés qui ne voulaient pas participer au massacre comptent également parmi les victimes. Malgré les nouvelles et les images de la violence et de la mort que l’on voyait au quotidien, la Communauté internationale est restée passive : les Nations unies n’ont pas entrepris des efforts pour protéger les personnes et arrêter les meurtres. C’est seulement lors de l’arrivée des troupes du Front Patriotique Rwandais (RPF), un groupe rebelle des Tutsis, que la violence cessa. Leur Chef, Paul Kagame, deviendra ensuite le premier Tutsi à accéder à la présidence du pays. Il dirige le Rwanda jusqu’à aujourd’hui.

    Comment a-t-on pu en arriver au génocide ? Le Rwanda est une société dans laquelle l’ethnie minoritaire tutsie représente l’élite du pays, tandis que l’ethnie majoritaire hutue est formée de simples paysans sans grande influence sociale.
    D’après une légende, au 15ème siècle, les éleveurs de bétail tutsis venant de la Corne d’Afrique, s’installèrent dans la région et leur soumirent progressivement les habitants du pays, les Hutus. La tribu tutsie forma une monarchie sous commandement d’un Mwami (roi) et une hiérarchie féodale de nobles tutsis. A travers un contrat appelé « Ubuhake », les paysans hutus mettaient leurs services et ceux de leur descendance à disposition d’un seigneur tutsi, en échange de bétail, de pâturages et de terres cultivables. De ce fait, les Tutsis ont tenu les Hutus en servitude.

    C’est ainsi que cela se passait au Rwanda entre 1885 et 1916, lorsque le pays était colonisé par l’Allemagne et aussi la Belgique qui suivi l’Allemagne. Toutefois, une révolte des Hutus avait mis fin à la royauté des Tutsis avant l’Indépendance de 1962. Déjà à ce moment-là, des dizaines de milliers de Tutsis ont fui leur pays natal, par peur d’actes de vengeance. Au début des années nonante, la guerre civile éclata et finalement, dégénéra complètement jusqu’à en arriver au génocide.

    Ce qui s’est produit au Rwanda, au printemps 1994, a laissé jusqu’à aujourd’hui, des blessures dans les personnes et la société. Les prisons rwandaises sont bondées : des estimations indiquent que le nombre de coupables se rapproche au nombre de victimes. Avec ses tribunaux villageois « gacaca », qui signifie en Kinyarwanda « pâturage vert », le Rwanda a introduit une forme de justice traditionnelle. Ces tribunaux sont composés d’assesseurs, dans le but de pouvoir venir à bout de tous les procès. Environ 15'000 tribunaux avec 200'000 assesseurs et près d’un million d’accusés ont pris part aux procès. En 2010, les procès « gacaca » ont été officiellement clôturés, des procédures en appel sont néanmoins toujours en cours.

    Le Rwanda, pays dont la population est la plus dense d’Afrique, doit non seulement faire face à un passé difficile mais aussi à l’un des plus grands défis qui est la lutte contre la pauvreté. La majorité de la population est pauvre et vit comme agriculteurs dans la campagne. Environ un tiers de la population n’a pas assez de nourriture. Les personnes qui souffrent le plus sont les veuves et orphelins laissés après le génocide.

  • Education

    Au Rwanda, l’année scolaire se déroule de janvier à octobre. L’école primaire est gratuite pour tous les enfants. Malgré la suppression des frais de scolarité par le gouvernement, la plupart des parents n’ont pas les moyens de subvenir à tous les frais supplémentaires tels que le matériel scolaire et les uniformes. C’est pourquoi, beaucoup d’enfants ne continuent pas après la cinquième année scolaire.

    Pourtant, les Rwandais considèrent l’éducation scolaire comme le seul moyen pour leur ouvrir des perspectives d’avenir. De ce fait, les parents se préoccupent beaucoup de la formation de leurs enfants. Il existe un grand écart dans l’éducation des habitants de la ville et ceux de la campagne, ces derniers étant souvent très pauvres.

     

  • Religion

    Les conflits religieux au Rwanda sont rares. La Constitution garantit la liberté de religion. Seulement, si le gouvernement prend cette loi plutôt au sérieux, elle ne peut toutefois éviter que les autorités locales la limitent ou en tirent indûment profit. La loi prévoit des peines pécuniaires minimes ou jusqu’à 6 mois de prisons, pour toute personne qui dérange une cérémonie religieuse ou un ministre religieux dans l'exercice de ses fonctions.

    Le gouvernement autorise l’éducation religieuse dans les écoles publiques. Dans certaines écoles, les élèves ont même le droit de choisir entre un enseignement religieux ou éthique. Par le passé, des missionnaires ont fondé des écoles qui sont aujourd’hui soutenues par le gouvernement. L’enseignement religieux dans ces écoles st marqué par la confession religieuses de ses fondateurs qui étaient, soi catholiques, soi évangéliques.
    Il existe également des écoles privées musulmanes.

  • Art et musique

    Les Rwandais aiment raconter ou écouter des histoires.
    Le pays est également riche en patrimoine artisanal. Sont répandues les travaux de tissage et de vannerie. Le savoir et l’habileté dans la vannerie expriment le statut social d’une famille. Les Twas pygmés (petit groupe ethnique) sont de traditionnels potiers.
    Parmi les instruments de musique artisanaux du Rwanda, on compte les xylophones, les instruments à cordes et les tambours. Le chant et la dance accompagnent les différentes cérémonies : naissance, mariage, décès, moisson et chasse.

  • Comment dit-on...

    Voici quelques expressions dans la langue officielle du Rwanda, le Kinyarwanda. Certains enfants dans les centres d’accueil de Compassion au Rwanda, parlent aussi l’anglais ou le français.

    Mwaramutse (Bonjour)
    Bite? (Comment ça va ?)
    Muraho (Salut)
    Witwande? (Comment t’appelles-tu ?)
    Nitwa ... (Je m‘appelle ...)
    Murakoze (Merci)

  • Jours fériés et fêtes

    Nouvel An, 1er janvier
    Journée des Héros, 1er février
    Journée des femmes, 8 mars
    Pâques, mars ou avril
    Journée de commémoration du génocide, 7 avril
    Journée du travail, 1er mai
    Indépendance, 1er juillet
    Assomption, 15 août. Les catholiques fêtent cette journée en croyant que Marie est montée au ciel après a mort de Jésus.
    Toussaint, 1er novembre : journée catholique en l’honneur des saints
    Noël, 25 décembre : les chrétiens vont habituellement à l’église et fêtent ensuite à la maison, avec la famille, autour d’un repas spécial.

  • Sport et temps libre

    Le football fait partie du sport favori au Rwanda. Le basketball et le volleyball deviennent également de plus en plus populaires.

  • Plat national

    Les Rwandais mangent des légumineuses, des patates douces, du maïs, du manioc, des pommes de terre et des fruits.

    Bouilli de millet

    5 tasses d’eau
    5 cc de sucre
    1 tasse de farine de millet (disponible dans les magasins de produits diététiques)
    1 tasse de lait

    Verser 4 tasses d’eau dans une casserole. Mettre la farine de millet dans un bol et mélanger avec 1 tasse d’eau froide. Mettre le mélange dans l’eau bouillante et remuer tout de suite, afin d’éviter les grumeaux. Continuer de remuer jusqu’à l'ébullition. Laisser ensuite cuire pendant 15 minutes. Ajouter le lait et le sucre. La recette est pour 6 personnes.

 

A propos du Rwanda

Population 12 millions
Capitale Kigali
Langues Kinyarwanda, kiswahili, français et anglais
Religion

Catholiques 51%
Evangéliques 37%
Musulmans 10%
Autres 3%

Sources 2015: The World Factbook, Office des Affaires étrangères